Dans cette section, vous pouvez trouver de nouveaux matériaux qui ont été publiés sur le thème de « Réussites des pays ACP dans la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) », depuis la date de l’événement. Nous sélectionnons continuellement de nouvelles publications et d’articles qui contribuent aux les points politiques abordées dans cette briefing:

Cliquez ici pour lire les dernières actualités du CTA Bruxelles sur le thème de la pêche INN

Pêche illicite: Madagascar renforce les initiatives de lutte
lactualite.mg, 28 mars 2018

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appuie Madagascar dans sa lutte contre la pêche illégale, illicite, non déclarée et non réglementée. Madagascar, via le ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques, et la FAO sont main dans la main pour réglementer la pêche dans le pays. Une initiative qui vise à améliorer la mise en œuvre des outils internationaux comme l’accord de 2009 de la FAO relatif aux mesures du ressort de l’État du port. L’initiative entend également permettre une durabilité des pêcheries maritimes. Un objectif qui pourrait être réalisé par des actions de prévention, de dissuasion et d’élimination de la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INDNR). À cet effet, la signature de la convention entre les deux parties devrait permettre à la Grande-Île de réduire l’incidence de la pêche INDNR. La convention devrait – à long terme – permettre l’apparition d’impacts positifs sur les économies nationales, mais surtout d’améliorer les moyens de subsistance des communautés côtières via une amélioration de la sécurité alimentaire.

Dans le Golfe de Guinée, « African Nemo » contre la piraterie et la pêche illégale
afrique.lalibre.be, 2 mars 2018

« Monsieur, on va vous passer les menottes! », lance un garde-côte santoméen à un pêcheur sur son navire, dans les eaux du Golfe de Guinée, entre l’archipel de Sao Tomé et le Gabon. Mais le pêcheur n’en est en réalité pas un: c’ est un un marin qui participe à « African Nemo », exercice de la Marine française dans le Golfe de Guinée avec des marines africaines pour combattre la criminalité en mer. Cela va de la pêche illicite à la piraterie en passant par les prises d’otages, dans une des zones maritimes les plus dangereuses du monde. Fin février, le patrouilleur français de haute mer Lavallée a ainsi multiplié les exercices avec les marines nationales d’Afrique centrale pendant cinq jours. Non loin de l’archipel de Sao Tome et Principe, la marine nationale de ce petit archipel de l’Atlantique doit arrêter des membres d’équipage d’un navire de pêche illicite. Un soldat santoméen monté sur le Lavallée avec son équipage pour un « contrôle du navire » finit par fouiller puis passer les menottes à un pêcheur en situation illégale, joué par un Français. Malgré la barrière de la langue, les marins santoméens parviennent à donner des ordres aux « pêcheurs » qui s’agitent un peu, se plaignent de la chaleur et haussent la voix.

Océan Indien: les ministres font le point sur la lutte contre la pêche illégale
rfi, 22-07-2017

Les pays de l’Océan Indien renouvellent leur engagement dans la lutte contre la pêche illégale. La conférence des ministres de la Pêche de cette région s’est clôturée hier, vendredi 21 juillet, à Antananarivo, après quatre jours de discussions. La pêche illégale met en péril les ressources marines mais elle représente aussi un manque à gagner considérable pour les pays de l’Océan Indien. Pour lutter contre ce fléau, la Commission de l’océan Indien a décidé de mettre en place en 2007 un Plan régional de surveillance des pêches. Une surveillance des mers qui s’étalent sur plus de 6 millions de km2. Hier, Madagascar, les Comores, la Réunion/ la France, l’Ile Maurice et les Seychelles mais aussi le Kenya, le Mozambique et la Tanzanie, ont décidé de renouveler leur coopération de lutte contre la pêche illégale. L’heure était également au bilan. Patrouilles maritimes et aériennes, échange d’informations, mise en place de centres de surveillance: cela fait dix ans que les pays de l’Océan Indien ont décidé d’unir leurs moyens pour lutter contre la pêche illégale dans cette zone. Une coopération qui a porté ses fruits estime Hamada Madi, le secrétaire général de la Commission de l’Océan Indien. « Nous avons réussi à mettre ensemble huit Etats qui désormais contrôlent 6 millions de km², ce qui énorme et presque unique dans le monde, explique à RFI Hamada Madi. Il y a des résultats concrets dans la mesure où, chaque jour, nous avons attrapé des bateaux pour des pêches illicites, ce qui est un grand manque à gagner…»

Le Sénégal et la Guinée-Bissau s’Accordent pour un Nouveau Dispositif de Contrôle de Pêche
fcwc-fish.org, 29 mars 2015

La Direction de la Protection et de la Surveillance des Pêches du Sénégal et la partie Bissau-Guinéenne, ont procédé à la signature d’un contrat relatif aux opérations conjointes de surveillance, ce mercredi à Dakar. A cet effet, des opérations de surveillance des eaux de la Guinée Bissau se font par un patrouilleur sénégalais, spécialement affrété depuis le mois de septembre 2014.
 D’abord, au nom du Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime et en son nom propre, le Commandant Cheikh SARR directeur de la Protection et de la Surveillance des Pêches(DPSP), a souhaité la bienvenue aux partenaires venus de la Guinée Bissau.
Il s’agit, a-t-il indiqué au cours de cette rencontre d’évaluation, d’étudier les conditions du renouvellement dudit contrat d’affrètement du patrouilleur, afin de poursuivre les opérations dont les résultats semblent être satisfaisants pour les deux pays.
Pendant les quatre derniers mois de l’année 2014, a-t- il souligné, le patrouilleur de haute mer, « Ferlo », a effectué six sorties en mer sur financement du PRAO Guinée Bissau, suite à un contrat signé entre les responsables des surveillances de pêche du Sénégal et de la Guinée Bissau, sur autorisation respective des autorités en charge du département de la pêche des deux pays.

– Sea Shepherd félicite Interpol, le ministère espagnol de l’Agriculture et la police nationale espagnole pour leurs interventions contre la pêche INN
seashepherd.fr 13 mars 2015

Les autorités espagnoles sont intervenues en plusieurs lieux de la province de La Corogne, en particulier à l’ancien siège de Vidal Armadores, une société de pêche espagnole avec un lourd passé de liens avec la pêche INN (illicite, non déclarée et non réglementée) de légine, une espèce vulnérable, dans l’océan Austral. Menées sous l’égide du ministère espagnol de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement (MAGRAMA), ces interventions font partie d’une nouvelle offensive surnommée Opération Sparrow dont le but est de s’attaquer aux intérêts espagnols dans la pêche INN en Antarctique. Les autorités ont rapporté que de nombreux documents confisqués au cours de ces interventions seraient examinés dans les prochains jours afin d’établir la preuve des actions illégales de pêche. C’est la première fois que l’Espagne applique les nouvelles lois sur la pêche, entrées en vigueur en janvier dernier, qui permettent à l’Etat espagnol d’intervenir contre leurs ressortissants impliqués dans la pêche INN où que ce soit dans le monde. Il semble que les informations obtenues en coordination avec Interpol aient eu une part importante dans la mise en place de l’opération.

 – INTERPOL lance l’opération Infra-Terra pour lutter contre la pêche INN
ccmalr.org, 25-11-2014

La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) est un sérieux problème global qui contribue à la surpêche, crée une concurrence déloyale et menace la durabilité des pêches. La pêche INN ne respecte ni les frontières nationales ni les tentatives internationales de gestion de la pêche hauturière. En raison des difficultés liées à la lutte contre la pêche INN, qu’il s’agisse de traquer les navires ou de réunir les preuves permettant d’établir la propriété véritable de ces navires, de nombreux opérateurs illégaux échappent à l’arrestation pendant des années. Interpol tente d’y remédier par le biais de l’opération Infra (International Fugitive Round Up and Arrest) Terra. En octobre 2014, INTERPOL a lancé l’opération Infra-Terra ciblant 139 malfaiteurs en fuite recherchés par 36 pays membres pour des infractions comprenant, entre autres, la pêche illégale, le trafic d’espèces sauvages, le commerce et le déversement illégaux de déchets, les coupes illégales de bois et le commerce illégal d’ivoire. Il s’agit de la première opération d’INTERPOL ciblant des individus recherchés pour des atteintes à l’environnement.

– La pêche illicite, non déclarée et non réglementée fait perdre annuellement 100 milliards de dollars à l’économie mondiale (PNUD)
APA, 21-11-2014

L’économie mondiale perd annuellement 100 milliards de dollars à cause de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche Inn) qui se manifeste sous différentes formes, a affirmé vendredi à Dakar, Alioune Badara Kaeré, chef unité et développement du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). »On estime à aujourd’hui à près de 100 milliards de dollars Us, les pertes engendrées par la pêche INN qui est devenue un fléau endémique aux pêcheries de l’Afrique de l’ouest. Elle se caractérise par, entre autres, l’utilisation d’engins de pêche non conformes ou la pêche sans licence dans les pays tiers. A ce titre, elle concerne aussi bien la pêche industrielle que la pêche artisanale », a expliqué M. Kaeré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.