Atelier Pour la Définition d’une Politique d’Agritourisme aux Fidji 2018

Définition des politiques pour l’amélioration des liens entre l’agriculture, le commerce et le tourisme:
Renforcer le secteur agroalimentaire local et promouvoir une alimentation saine dans l’agritourisme

Atelier organisé par le gouvernement des Fidji
En collaboration avec la Communauté du Pacifique, CTA, PIPSO et SPTO

Nadi, 23 février 2018
Suva, 26 février 2018

 

En savoir plus:

Brève présentation du sujet et Programme Nadi et Suva [AN]

Points Forts


Rapprocher les secteurs de l’agriculture et du tourisme aux Fidji

Renforcer les liens intersectoriels entre l’agriculture et le tourisme pour promouvoir une économie plus résiliente

Deux jours d’atelier réunissant des représentants des secteurs de l’agriculture et du tourisme des Fidji ont été organisés, le vendredi 23 février 2018 à Nadi et le lundi 26 février 2018 à Suva. Ces ateliers pour la définition d’une politique d’agritourisme ont été organisés par le gouvernement fidjien en collaboration avec la Communauté du Pacifique (SPC), le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA), l’Organisation du secteur privé des îles du Pacifique (PIPSO) et l’Organisation du tourisme du Pacifique Sud (SPTO).

Basilic de Nadi Bay Herbs (Solo Matthewsella)

Ces événements avaient pour but d’encourager les îles Fidji à mettre en place une politique nationale d’agritourisme, le pays s’étant déjà montré enthousiaste à l’idée de renforcer les liens entre les secteurs de l’agriculture et du tourisme. Le programme de ces ateliers visait aussi à identifier les avantages potentiels d’une telle politique pour d’autres secteurs, notamment ceux du commerce et de la santé. L’objectif général de ces ateliers était d’améliorer la coopération intersectorielle, le dialogue politique et les partenariats commerciaux, qui à leur tour viendront renforcer l’économie fidjienne en favorisant l’approvisionnement local en produits agricoles, en stimulant la création de valeur ajoutée et la productivité dans le secteur agricole et en encourageant la diversification de l’offre fidjienne dans le domaine du tourisme culinaire et de l’agritourisme.

Le tourisme est le moteur de l’économie fidjienne, et la poursuite de sa croissance représente une occasion unique de développer les secteurs clés du pays, à savoir l’agriculture et la pêche. Le secteur du tourisme fournit environ 40 000 emplois directs et 116 500 emplois indirects. En 2016, les revenus bruts issus du tourisme se sont élevés à 798 millions de dollars, avant d’atteindre environ 830,7 millions de dollars en 2017. En comparaison, la contribution de l’agriculture à l’économie fidjienne a baissé au cours des dernières décennies et la productivité n’a pas permis de répondre à la demande, d’où des importations alimentaires à hauteur de 778 millions de dollars par an. Et ce, malgré un climat et des conditions favorables à la culture de toutes sortes de fruits et légumes ainsi qu’à l’élevage de bétail aux Fidji.

Produits frais de la ferme Farm Boy Storehouse Fiji (Solo Matthewsella)

Le secteur du tourisme, en particulier, importe d’importantes quantités de produits alimentaires. Il doit en effet pouvoir offrir une grande quantité de produits de qualité pour nourrir les milliers de touristes qui visitent les îles Fidji chaque année. Les ateliers pour la définition d’une politique d’agritourisme ont réuni toutes les acteurs clés des secteurs de l’agriculture, du tourisme, du commerce et de la santé, parmi lesquels des représentants des ministères, des entreprises agricoles, des producteurs agricoles, des chefs cuisiniers et des organisations agricoles et techniques. L’objectif ambitieux était de créer des liens entre les secteurs de l’agriculture, du tourisme et du commerce pour aider les entreprises locales à approvisionner les marchés liés au tourisme aux îles Fidji. Les participants ont partagé leurs connaissances et formulé des recommandations en ce qui concerne un certain nombre d’objectifs, parmi lesquels la résolution de problèmes spécifiques à la chaîne de valeur nationale, l’identification de projets concrets pour aider à surmonter ces obstacles et la contribution à la stratégie d’agritourisme de la région du Pacifique.

Ces ateliers se sont inspirés des expériences positives au Vanuatu, dans les Samoa et dans les îles Salomon, où les gouvernements nationaux, le CTA et d’autres partenaires ont également organisé avec succès des ateliers pour la définition d’une politique d’agritourisme, en 2016 et 2017.

Présentation de champignons par le project Juncao Project Fiji (Solo Matthewsella)