Des investissements à long terme dans l’agriculture pour saisir et développer les opportunités de croissance

Après une introduction aux débats de la part du Dr Hansjörg Neun, Directeur du CTA, M. Lluis Riera (Commission européenne – DG Développement) et Sir John Kaputin (Secrétaire général du Groupe ACP) ont souligné combien le thème du 7ème Briefing de Bruxelles est actuel. De plus, le Directeur général de la FAO, M. Jacques Diouf est lui aussi intervenu sur ce thème, en vidéoconférence depuis le siège de la FAO à Rome.

an opportunity for change?’M. Lluis Riera Figueras a souligné que l’augmentation des prix devraient normalement conduire à une augmentation de l’approvisionnement alimentaire – des produits alimentaires au prix plus élevés sembleraient offrir une chance aux agriculteurs d’accroître la production et les revenus. En réalité cependant, la réaction de l’offre a été très lente, du moment que l’information n’atteint pas les agriculteurs, et, si c’est le cas, les agriculteurs peuvent ne pas avoir les moyens d’y répondre. C’est pourquoi une nouvelle proposition de la Commission européenne était désormais urgente, afin de permettre aux agriculteurs de répondre de façon appropriée à cette situation. Sir John Kaputin a quant à lui souligné la gravité de la situation et les problèmes auxquels les petits agriculteurs sont confrontés. Il a également insisté sur l’importance du Programme tous ACP relatif aux Produits de Base Agricoles et sur la nécessité de fonds supplémentaires à allouer dans ce cadre.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, M. Jacques Diouf a donné le bienvenu aux participants du Briefing et a rappelé comment les prix des produits alimentaires ont augmenté de façon spectaculaire en 2006 et 2007, atteignant un sommet en juillet 2008. Une évolution simultanée d’une augmentation de la demande de denrées alimentaires et une réduction des approvisionnements a été la cause principale du problème.

Plusieurs éléments combinés entre eux sont à l’origine de cette situation : les effets du changement climatique, entraînant sécheresses et inondations, d’où une réduction des stocks disponibles, une augmentation rapide de la population mondiale, l’augmentation de l’allocation de terres pour la production de biocarburants, la hausse des prix du pétrole, ainsi que les spéculations en cours.

Les petits agriculteurs ont été particulièrement touchés par la crise, et le nombre déjà élevé de personnes sous-alimentées a augmenté de façon spectaculaire durant ces dernières années.

M. Diouf a souligné que la situation à ses causes profondes dans la faible priorité accordée à l’agriculture au cours des dernières décennies. Les chiffres sont clairs : l’ensemble de l’aide au développement ciblée à l’agriculture a chuté de 17% en 1980 à 3% en 2006. Les donateurs internationaux et régionaux ont considérablement réduit les ressources pour l’agriculture, en dépit du fait que ce secteur demeure l’activité principale pour la plupart des populations les plus pauvres.

Que faut-il faire ? M. Diouf a souligné que la production agricole doit doubler afin de nourrir une population mondiale croissante. Du moment que cette population sera de plus en plus présente dans les zones urbaines, la productivité agricole doit également être renforcée, en particulier dans les pays en développement. Ce qui ne peut être atteint que grâce à des investissements dans les infrastructures rurales (accès à l’eau, routes, etc.) et en modernisant les systèmes de production.

Lors de la Conférence de haut niveau sur la sécurité alimentaire mondiale (décembre 2007), la FAO a invité la communauté des donateurs à allouer 1,7 milliards de dollars US aux communautés de petits producteurs dans les pays en développement, afin d’acquérir des semences et autres intrants dont ils ont besoin. La FAO s’est engagée à allouer des ressources initiales à 69 pays. Bien que l’aide doit être soutenue par d’autres donateurs et gouvernements, M. Diouf a conclu en plaidant pour un plan à long terme afin d’accroître les investissements dans l’agriculture comme le seul moyen d’assurer le développement durable et la sécurité alimentaire mondiale.

Donnez votre avis sur cet article

Liens

En savoir plus sur le Briefing du 16 octobre 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s