L’aide de la Chine au développement rural en Afrique

Le deuxième panel du Briefing de Bruxelles sur « les nouveaux moteurs, les nouveaux acteurs dans le développement rural ACP » a eu pour thème le rôle de la Chine dans la coopération au développement rural en Afrique, les relations économiques Afrique-Chine et l’approche de l’UE à cette nouvelle architecture. Mme Hannah Edinger (Centre pour les études chinoises à l’Université de Stellenbosch) a donné un aperçu des moyens que la Chine offre en matière d’aide à l’Afrique.

Tout d’abord, Mme Edinger a expliqué que la Chine affronte la question africaine en termes nouveaux – non plus en forme de pouvoirs traditionnels – basés sur une approche collaborative état-commerce face à la politique étrangère. L’aide se concentre sur l’infrastructure et l’industrialisation de l’Afrique et, dans une moindre mesure, sur le développement agricole. En d’autres termes, l’Afrique est considérée par la Chine comme un marché émergent, où la Chine peut offrir à l’Afrique de nouvelles stratégies d’investissement. Dans ce contexte, la Chine est plutôt un partenaire de développement qu’un bailleur de fonds en tant que tel.

(interview en anglais)

Bien que le Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC) ait été créée il y a environ dix ans afin de coordonner les objectifs de politique étrangère chinoise en faveur de l’Afrique, une coordination efficace est difficile, et fournir des données de suivi s’avère complexe. Il en résulte des projets d’aide déconnectés entre eux. On estime qu’un tiers de l’aide de la Chine soit destinée à l’Afrique ; FOCAC veut doubler ce chiffre d’ici à 2009.

Mme Edinger a porté son attention sur la position de la Chine envers les donateurs traditionnels et a souligné que la Chine est un donateur relativement petit, mais son engagement est très visible et suscite beaucoup d’attention et de débats de la part de la communauté internationale.

En conclusion, Mme Edinger a déclaré que la Chine prévoit en effet d’apporter des éléments nouveaux dans le secteur agricole. Elle a conclu sa présentation avec un certain nombre de recommandations adressées aux pays africains, à la Chine et aux donateurs traditionnels. Elle a appelé à une plus grande coordination, à l’harmonisation et à la transparence et a déclaré que les donateurs traditionnels devraient être encouragés à travailler à des partenariats constructifs avec la Chine en Afrique.

En savoir plus sur le Briefing du 2 juillet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s