La labellisation du Commerce Equitable comme instrument de développement

La labellisation du Commerce Equitable est un des moyens d’aider la commercialisation de ce secteur. Mme Gelkha Buitrago (Fairtrade Labelling Organisations International – FLO) a décrit comment fonctionnent les standards de certification.

Mme Gelkha Buitrago dit partager l’opinion de Mme Osterhaus sur le fait que le Commerce Equitable devrait suivre une approche holistique selon laquelle les standards commerciaux et l’accès au marché sont considérés comme des “instruments de développement ” pour « renforcer le développement et le poids des organisations de producteurs ».

La naissance du Commerce Equitable remonte au début des années ‘50, quand le Commerce Equitable commençait à se définir comme un mouvement répandu. En 1987, ‘Max Havelaar’ fut lancé comme premier label de Commerce Equitable aux Pays-Bas et d’autres initiatives de labellisation ont suivi en Europe et en Amérique du Nord. FLO a été lancé en 1997; en 2002, la marque de certification FAIRTRADE a été institutionnalisée.

Les standards Commerce Equitable FLO pour les organisations de producteurs tout comme pour les travailleurs occasionnels couvrent tous les trois piliers de la durabilité: le développement social est encouragé en soutenant des organisations démocratiques, non-discriminatoires et transparentes au sein desquelles la majorité des membres sont des petits producteurs; le travail des enfants est interdit et les employés, soumis aux principes de l’assurance maladie, ont le droit de se réunir en association et de négocier collectivement. La croissance économique est affrontée en garantissant un prix minimum stable plus un bonus et l’accès au marché. Le développement environnemental est renforcé en encourageant les membres à protéger l’environnement, évitant les produits agrochimiques, le gaspillage ou les OGM. Il est important de souligner qu’il existe des standards autant pour les producteurs que pour les commerçants, qui doivent entreprendre des relations à long terme avec les producteurs et payer le prix minimum concordé plus un bonus, à l’avance si demandé par le producteur.

Comment FLO affronte-t-il les défis liés au Commerce Equitable?

  1. Afin d’assurer le respect des règles standards, la “Producer Business Unit” soutient les producteurs afin qu’ils comprennent et s’adaptent aux règles standards et obtiennent ainsi la certification.
  2. Les coûts de certification peuvent être couverts par le « Producer Certification Fund », ou successivement par le bonus Commerce Equitable.
  3. La participation des producteurs du Sud se traduit par leur implication à tous les niveaux au sein de FLO.
  4. Afin de conserver et même augmenter l’accès aux marchés des producteurs, FLO, à travers ses initiatives de labellisation des membres, souhaite aussi accroître la prise de conscience de l´opinion publique, l’ouverture des marchés et identifier de nouveaux marchés en occident.
  5. Afin de diffuser plus amplement cette méthode de certification, FLO est membre d’ISEAL et travaille avec certification biologique afin de réduire les coûts pour les producteurs.

(video en anglais)

Liens: présentation, résumé exécutif, entretien (en anglais)

En savoir plus sur le Briefing du 16 avril

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s