Le processus CAADP come alternative à l’Aide au Commerce

Lors de son intervention à l’occasion du Briefing sur le Développement consacré à l’Aide au Commerce, Philipp Kiriro, représentant de la Fédération des producteurs d’Afrique de l’Est (Eastern Africa Farmers Federation, EAFF) a rappelé aux participants l’importance de l’agriculture pour le développement. En particulier, l’attention doit se concentrer sur les petits producteurs, qui représentent la majorité des producteurs en Afrique de l’Est.

D’un point de vue général, M. Kiriro s’est montré plutôt critique par rapport à l’agenda de l’Aide au Commerce. Ce dernier en effet a été posé sur la table comme une offre faite aux pays en voie de développement durant la conférence ministérielle de Hong Kong, mais la consultation avec le secteur privé, en particulier les producteurs ruraux, est absente.

En outre, selon M. Kiriro, certains éléments de l’Aide au Commerce ne sont pas vraiment nouveaux: des mécanismes d’assistance commerciale existaient déjà, mais ils ne fonctionnaient pas tout simplement parce qu’ils n’étaient pas liés correctement à la question de l’éradication de la pauvreté. Il est donc crucial de se concentrer sur ce qui existe déjà, avant d’avancer de nouvelles promesses et mettre en place un nouveau système.

Si d’un coté M. Kiriro dit ne pas se faire vraiment d’illusions par rapport à l’agenda actuel de l’Aide au Commerce, de l’autre il a aussi suggéré de porter une attention plus importante au processus CAADP, en particulier à son deuxième pilier, celui concernant les marchés et les infrastructures. Une attention particulière doit être portée aux systèmes d’information dans les aires rurales et dans les projets d’intégration régionale.

En conclusion, M. Kiriro a insisté afin que les donateurs ne se servent pas de l’agenda de l’Aide au Commerce comme d’un instrument pour faire pression sur les pays en voie de développement afin qu’ils signent des accords économiques. De leur côté, les pays en voie de développement doivent donner la priorité à leurs propres nécessités et ne pas signer ce qui potentiellement pourrait être destructif pour leurs économies.

En savoir plus sur le Briefing du 5 décembre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s