Les priorités de l’aide au commerce

Introduisant le troisième Briefing sur le Développement à Bruxelles, Ferdinand Nyabenda (Secrétariat ACP) et Lluis Riera (Commission européenne) ont présenté d’importants éléments de réflexion, définissant le contexte et le ton des discussions.



Picture by Alec Singh

En représentance du Groupe ACP, M. Nyabenda a rappelé que l’aide au commerce est nécessaire pour les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Selon le cycle de Doha et les négociations APE, l’aide au commerce peut potentiellement apporter des bénéfices concrets pour les pays en développement, spécialement dans des secteurs comme l’agriculture.

Mr. Nyabenda a souligné que les pays ACP doivent pouvoir jouer un rôle proactif dans le débat sur l’aide au commerce. En particulier, un développement et une implémentation ultérieurs doivent être adaptés aux efforts d’intégration régionale, et pas nécessairement liés à la signature des APE.

En ce qui concerne les priorités de l’aide au commerce, M. Nyabenda a cité: assistance technique, renforcement des capacités, connaissance institutionnel, et, par-dessus tout, renforcement des infrastructures. Si ces thèmes prioritaires seront affrontés efficacement, cela permettra au pays ACP de bénéficier des échanges commerciaux.

En outre, en ce qui concerne la qualité et la quantité de l’aide, M. Nyabenda a affirmé que l’aide provenant du programme AFT doit être “une aide additionnelle, non conditionnée, soutenable et prévisible.” Plus important encore, elle doit être liée autant que possible aux besoins sur le terrain, et cela peut se produire uniquement si le secteur privé et les autres acteurs concernés sont impliqués dans un large et inclusif processus de consultation.

Enfin, Mr. Nyabenda a invité les Etats membres à destiner davantage de ressources financières et à faciliter et harmoniser la coordination entre les donateurs.

De son côté, M. Riera a en particulier souligné trois questions: la valeur ajoutée de l’agenda AFT; ses effets sur l’agriculture; l’approche spécifique de la CE.

Selon M. Riera, l’agenda de l’aide au commerce présente une valeur ajoutée claire, du moment que cela concerne des fonds destinés à des pays en voie de développement et permet de bénéficier des opportunités du commerce, dans le cadre des règles de l’OMC et des négociations APE.

En outre, l’aide au commerce est l’élément clé pour promouvoir l’intégration régionale.
M. Riera a ajouté que l’agriculture est un secteur qui pourrait particulièrement bénéficier de l’intégration régionale – comme le demande instamment l’initiative ‘Faire progresser l’agriculture en Afrique‘. En ce sens, les deux politiques sont étroitement liées et complémentaires. De plus, l’agenda de l’aide au commerce donnera un nouvel élan aux facilités dans le secteur agricole au sein des relations ACP-CE.

Faisant référence de façon spécifique aux initiatives de la CE, M. Riera a rappelé au participants l’engagement financier important pris, afin de donner suite à l’agenda AFT, garantissant que tous les pays ACP auront leur part, et qu’aucun pays ne sera mis de côté dans ce processus.

En conclusion, M. Riera a demandé qu’une analyse précise des besoins soit faite par rapport aux réels exigences sur le terrain. L’agenda actuel de l’aide au commerce est une bonne base pour aller de l’avant: l’aide au commerce est précisément un élément clé pour encourager la croissance économique et le développement durable dans les pays ACP.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s