Grand temps pour l’action européenne sur le changement climatique – fini les paroles !

Intervenant lors de la conférence ‘Comment le climat change l’agriculture dans les pays ACP? Les voix du terrain‘, Bernard Petit, Directeur Général Adjoint pour le développement à la Commission européenne, a insisté sur le besoin de mettre les stratégies d’adaptation au centre de la coopération de l’UE avec les pays ACP. Actuellement la partie de l’aide consacrée aux stratégies d’adaptation est ‘insignifiante’, il y a un urgent besoin d’augmenter ce type d’aide qui concerne directement la lutte contre le changement climatique ; les Etats membres et les Etats donateurs doivent à ce propos être “beaucoup plus généreux.”

Selon M. Petit, nous sommes en présence d’un paradoxe inquiétant : alors que les pays ACP sont particulièrement touchés par le changement climatique, en même temps ils sont parmi les moins préparés pour y faire face. Malheureusement, ceci démontre que tous les efforts mis en place pour tenir foi aux Objectifs du Millénaire pourraient facilement être affaiblis ou rendus vains par les effets du changement climatique.

Tenant compte de cette situation, M. Petit a indiqué les deux directions principales que devrait suivre l’Union européenne. En premier lieu, les stratégies d’adaptation doivent tenir compte et inclure le partenariat UE – Afrique, et les chefs d’Etat et de gouvernement européens et africains doivent concorder sur les actions concrètes à entreprendre afin de faire face aux menaces liées au changement climatique.

Deuxièmement, reconnaissant que le changement climatique n’implique pas seulement le rapport Nord-Sud mais concerne l’ensemble de la planète, une approche plus politique est nécessaire. C’est pourquoi l’UE travaille actuellement sur la construction d’une alliance globale sur le changement climatique, impliquant les pays en voie de développement, spécialement les Etats insulaires, créant une plateforme pour un dialogue politique qui puisse conduire à une vision partagée sur comment faire face, d’une façon nouvelle et ambitieuse, aux défis posés par le changement climatique.

En particulier, l’alliance globale telle que proposée a pour but de définir certaines actions spécifiques, mais aussi de relancer des programmes d’adaptation existant, diminuant les émissions de CO2, réduisant le risque de catastrophes naturelles et donnant une importance majeure au changement climatique dans les stratégies de développement d’un point de vue général, en intégrant davantage le changement climatique dans les différentes politiques de développement.

Tout cela est certes facile à dire; le mettre en pratique l’est beaucoup moins!

Ce qui est certain est que l’UE doit se montrer davantage responsable face aux régions et pays les plus exposés aux effets du changement climatique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s