De Berlin à Bruxelles : le thème du développement rural en première ligne


Philippe Mikos

Le mois passé, plus de 350 experts de développement rural se sont rencontré à Berlin lors du Deuxième Forum européen sur le « Développement rural durable ». Selon l’avis de tous, ce Forum a répondu aux attentes.

M. Philippe Mikos, expert auprès de la Commission européenne, a inauguré aujourd’hui la série de « Briefings sur le Développement à Bruxelles », en analysant certaines conclusions du Forum de Berlin. Après avoir adressé son appréciation aux organisateurs de la réunion d’aujourd’hui pour avoir su organiser une rencontre où les experts de Berlin pouvaient dialoguer de plus près avec la communauté du développement de Bruxelles, M. Mikos a adressé un message de bienvenue aux participants issus de la société civile, du monde de la recherche, de la Commission européenne, des Etats membres, du Groupe ACP à Bruxelles et plus particulièrement aux organisations régionales et aux groupes de producteurs d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Son principal message par rapport à Berlin est que “l’agriculture et le développement rural sont à nouveau des thèmes en première ligne”, après avoir été trop longtemps marginalisés. Pour démontrer cette thèse, M. Mikos a souligné qu’environ 10-15% de l’actuel 10èmeFond Européen pour le Développement est destiné à ce secteur. L’agriculture est en outre un élément majeur de la nouvelle Stratégie UE-Afrique ainsi que d’autres processus politiques.

M. Mikos a souligné toutefois que ce qui compte surtout est que l’agriculture et le développement rural deviennent des thèmes prioritaires non seulement auprès de la communauté des donateurs, mais aussi dans les politiques et les priorités des gouvernements des pays en développement. Les gouvernements et les autres acteurs impliqués ont commencé à prendre conscience que l’agriculture est “le cœur de la croissance soutenable,” le centre du développement rural, … les os et le tissu du développement durable.”

Un deuxième message important de Berlin a été le changement de la composition des participants et intervenants. M. Mikos a souligné la présence d’une représentation beaucoup plus importante que dans le passé de la société civile, grâce à la présence d’organisations de producteurs et de leurs représentants, particulièrement participatifs durant les débats. Un très bon signe selon M. Mikos, représentant une “vague de démocratisation” dans laquelle les bénéficiaires – les producteurs et leurs associés – sont « impliqués activement en ce qui concerne la mise en œuvre de politiques » liées à l’agriculture et au développent rural.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s